Infection à Hymenolepis nana

(hyménolépiase à H. nana)

Hymenolepis nana , un petit ténia intestinal, est le cestode humain le plus fréquent ; l’infection est traitée par le praziquantel.

H. nana ne mesure que 15-40 mm de long. Il exige un seul hôte mais peut également effectuer un cycle entre 2 hôtes différents. Ses larves ne migrent que dans la paroi intestinale, et sa longévité est relativement courte (4-6 sem). H. nana est plus fréquent dans les populations vivant dans des conditions de pauvreté et de mauvaise hygiène, en particulier en présence de puces.

H. nana présente 3 modes d’évolution possibles : (1) un cycle indirect à 2 hôtes qui implique des rongeurs comme hôtes définitifs et des coléoptères, des puces ou d’autres insectes comme hôtes intermédiaires qui se nourrissent des excréments des rongeurs contaminés ; (2) un cycle de transmission oroanale des œufs, soit entre 2 individus humains, soit chez le même individu après recyclage des œufs à partir du milieu externe ; et (3) une auto-infection interne, dans laquelle les œufs éclosent dans l’intestin et développent une 2e génération sans jamais sortir de l’hôte. L’auto-infection peut entraîner une pullulation massive de vers, qui peuvent entraîner des nausées, des vomissements, une diarrhée, des douleurs abdominales, une perte de poids et des troubles généraux non spécifiques. La forte réponse cellulaire et humorale consécutive à la phase tissulaire de l’infection par H. nana est probablement à l’origine de la protection relative chez l’adulte vivant dans une région endémique.

Le diagnostic est basé sur la recherche des œufs dans les échantillons de selles. Le praziquantel, à posologie unique de 25 mg/kg PO est le meilleur traitement. Infection à